Cyberattaque des hôpitaux en France : quel est l’objectif des cybercriminels ?

Les hôpitaux français sont aujourd’hui embarqués dans une transformation technologique importante. Ils sont désormais très informatisés, mais cela semble avoir quelques conséquences. Depuis quelques mois, notamment depuis la crise de Covid-19, les hôpitaux en France subissent des cyberattaques qui inquiètent. Les cybercriminels arrivent à prendre le contrôle des différents serveurs avec un objectif bien précis en tête. On vous en dit plus sur ces attaques.

Pourquoi les hôpitaux sont-ils devenus la cible des cybercriminels ?

Les cyberattaques des hôpitaux deviennent de plus en plus courantes dans le monde. En France, le phénomène a pris de l’ampleur avec la crise de Covid-19. Les cybercriminels sont conscients du fait qu’une attaque peut être fatale pour les hôpitaux. Ils savent également que les autorités hospitalières mettront tout en œuvre pour résoudre rapidement la situation.

A lire en complément : Comment se connecter à votre Monespace Securitas

Ils s’en servent alors pour demander des rançons qui leur permettent de se remplir les poches. En réalité, ces malfaiteurs bloquent l’accès à tout le système informatique et acceptent de le débloquer seulement lorsque l’hôpital aura payé le montant demandé. Ils ne s’arrêtent pas là et se permettent de copier les données de santé de milliers de patients.

Un processus de chantage démarre alors avec des menaces de divulguer les données des patients si la rançon n’est pas payée. Celles-ci coûtent bien plus cher que tout autre type de données sur le marché noir. Ces données de santé sont rachetées par diverses organisations criminelles, mais aussi par des cyberdélinquants. On comprend donc que l’objectif financier reste le motif principal de ces attaques.

Lire également : La sécurité des données en entreprise : les risques majeurs et les meilleures pratiques à adopter

Cyberattaque des hôpitaux en France : quelles en sont les conséquences ?

cyberattaque des hôpitaux

Les conséquences de ces attaques informatiques sont bien plus graves que l’on pourrait penser. Les établissements hospitaliers attaqués se retrouvent dans l’incapacité d’accéder aux dossiers de leurs patients. Ce qui entraîne le report des opérations normalement urgentes et dans les cas les plus graves, un transfert des patients vers d’autres hôpitaux.

Ces changements de dernières minutes peuvent être risqués pour la vie de certains patients. En France, des conséquences très graves n’ont pas encore été observées, mais il importe de prendre rapidement des mesures. Avec les salles d’opération qui sont de plus en plus informatisées, le risque pourrait être plus important.

Les hôpitaux sont-ils suffisamment préparés pour échapper aux attaques ?

En France, les hôpitaux n’ont pas un système de sécurité totalement faible. Il faut tout de même reconnaître que les moyens disponibles pour renforcer la sécurité informatique sont plutôt faibles. Le service informatique doit être présent à temps plein et veiller à la sécurité du système.

De cette manière, les mises à jour se feront plus souvent et plus rapidement. Les failles du système seront découvertes à temps et fermées pour empêcher les intrusions.

Comment les cybercriminels opèrent-ils pour attaquer les hôpitaux ?

Les cybercriminels utilisent des techniques sophistiquées pour attaquer les hôpitaux. L’une des techniques les plus courantes est le phishing, qui consiste à envoyer un e-mail trompeur à une personne du personnel hospitalier. Le message peut sembler provenir d’un fournisseur ou d’un partenaire de l’hôpital et demander de cliquer sur un lien malveillant.

Une autre technique courante est la détection automatique de vulnérabilités. Les cybercriminels peuvent scanner les systèmes informatiques de l’hôpital pour trouver des failles qu’ils peuvent exploiter. Cette méthode permet aux cybercriminels d’identifier rapidement des cibles potentielles et leur donne aussi une idée précise de ce qu’ils doivent faire pour mener leur attaque.

Les cybercriminels utilisent souvent des logiciels malveillants spécialement conçus pour infecter les systèmes informatiques hospitaliers. Parfois, ces logiciels sont diffusés par email, mais ils peuvent aussi être téléchargés via Internet ou installés sur le système après une attaque réussie.

Il faut penser à bien prendre en compte les mesures de protection lorsqu’on cherche à protéger les hôpitaux contre les cyberattaques. Effectivement, il n’y a pas une seule solution qui puisse garantir à elle seule la sécurité totale du réseau informatique d’un hôpital face aux pirates informatiques.

Quelles mesures de sécurité peuvent être mises en place pour protéger les hôpitaux des cyberattaques ?

Les hôpitaux doivent prendre des mesures de sécurité informatique pour protéger leurs systèmes contre les cyberattaques. La première étape est de sensibiliser le personnel hospitalier aux risques liés à la sécurité informatique et aux pratiques à adopter pour éviter les attaques.

Une autre mesure importante est l’installation de mises à jour logicielles fréquentes. Les mises à jour permettent d’éviter que les failles découvertes ne soient exploitées par des pirates. Effectivement, ces derniers utilisent souvent des vulnérabilités connues dans les logiciels pour pénétrer dans les réseaux informatiques.

Il faut aussi se préparer en cas d’attaque en créant une procédure interne spécifique, ce qui permettra au personnel hospitalier de savoir comment réagir rapidement et efficacement en cas d’infection ou si un programme malveillant s’introduit sur leur système.

Il peut être judicieux de faire appel à des prestataires spécialisés dans la sécurisation des données afin qu’ils mettent en place un système performant capable de détecter tout comportement suspect au sein du réseau. Cette solution permet aussi d’avoir une vue globale sur toutes les activités du réseau et donc d’anticiper toute intrusion potentiellement dangereuse.


Ce texte a été écrit par notre Assistant IA© basé sur une analyse sémantique automatisée.

vous pourriez aussi aimer